Union européenne: Présidences croate et allemande

« Une Europe forte dans un monde de défis »

La Croatie a choisi 4 grandes priorités pour sa première présidence du Conseil de l’Union européenne :

-        Une Europe qui se développe ;

-        Une Europe qui unit ;

-        Une Europe qui protège ;

-        Une Europe qui rayonne.

Lors du Conseil du 18 février 2020, les Ministres européens de l’éducation ont adopté une Résolution sur l'éducation et la formation dans le cadre du Semestre européen. Celle-ci a pour objectif d’assurer un débat éclairé sur les réformes et les investissements. Plusieurs délégations sont intervenues pour insister sur l'importance d'accroître le financement en faveur de l'éducation et de la formation et souligner que l'UE doit renforcer la cohésion par l'éducation, la recherche et l'innovation. Dans le contexte d'une importance accrue de l'éducation et de la formation dans le processus du Semestre européen, la résolution témoigne de la volonté des États membres d'améliorer encore la qualité et la pertinence de l'éducation et de la formation dans le but de stimuler la croissance et l'emploi. Elle garantit également que les ministres de l'éducation sont associés de manière appropriée au processus. L'actuel Semestre européen pour la coordination des politiques économiques a démarré en décembre 2019 avec l'adoption de l'examen annuel de la croissance par la Commission européenne. De nouvelles recommandations par pays ont été proposées par la Commission au mois de mai. Toutes les formations du Conseil contribuent à la préparation des débats du Conseil européen sur le Semestre européen. La résolution sur l'éducation et la formation dans le cadre du Semestre européen constitue la contribution du Conseil EJCS (Éducation) à ce processus.

 

Lors du débat public, les Ministres ont eu l’occasion d’aborder les moyens de parvenir à une circulation équilibrée des cerveaux au sein de l'UE. Les ministres ont rappelé que la liberté de circulation est un principe fondamental de l'UE et que les avantages de la mobilité à des fins d'apprentissage sont manifestes. Ils ont convenus que l'Europe, dans son ensemble, devait devenir plus attrayante afin de retenir ou d'attirer les personnes talentueuses et compétentes. Les ministres ont également souligné que la question de la circulation des cerveaux ne peut être réglée avec succès par le seul secteur de l'éducation et que la démographie ainsi que les particularités du marché du travail devaient également être prises en compte. Les délégations ont recensé plusieurs mesures et actions possibles pour lutter contre la fuite des cerveaux et le gaspillage des cerveaux et pour favoriser une circulation équilibrée de ceux-ci:  la reconnaissance mutuelle automatique des diplômes et des qualifications, l'égalité de rémunération pour les chercheurs, en particulier dans le cadre des actions Marie Skłodowska-Curie,  les plans nationaux de réinsertion des jeunes chercheurs, l'utilisation ciblée des fonds et programmes de l'UE, tels qu'Erasmus +, Horizon Europe, etc. Les ministres ont également souligné l'importance de soutenir l'initiative des universités européennes et de poursuivre le développement de l'espace européen de l'éducation.

 

La crise sanitaire liée à la Covid-19 n’a pas permis d’organiser le deuxième Conseil prévu en mai 2020. Cependant, la présidence croate a tenu à mettre en avant la force de l’Union européenne dans ses échanges de « bonnes » pratiques en organisant, d’une part 4 vidéoconférences des ministres de l’éducation et, d’autre part en proposant un tableau des mesures prises dans le domaine de l’éducation et de la formation pour faire face à la crise tant en période de confinement que de déconfinement. La 4ème et dernière vidéoconférence se tiendra le 23 juin et portera sur les enseignements à tirer et sur les développements nécessaires et les innovations possibles dans ce domaine.

Priorités de la Présidence allemande:

« Tous ensemble pour relancer l’Europe »                        

Le ruban symbolise une Europe inclusive et innovante dans laquelle des personnes et des intérêts très divers se retrouvent pour former un tout commun : une Europe unie et solidaire.

« La présidence allemande du Conseil ne se déroulera pas comme prévu initialement. Elle sera en effet dominée par un thème majeur : la pandémie de Covid-19 et ses conséquences sanitaires, économiques et sociales. L’objectif principal est de relever les défis de la pandémie ensemble et de manière prospective. L’Allemagne a une responsabilité particulière à cet égard. Elle fera tout son possible pour que l’Europe sorte plus forte de la crise.

En même temps, des sujets de grande importance pour l’avenir de l’Europe joueront un rôle majeur : par exemple le prochain cadre financier pluriannuel, la protection du climat, la transformation numérique, l’État de droit et le rôle de l'Europe dans le monde. Ces sujets seront particulièrement importants pour surmonter la crise actuelle. Les négociations visant à définir les futures relations entre l'UE et le Royaume-Uni se tiendront également durant cette période. »

 

Dans le domaine de l’éducation et de la formation, l’Allemagne va mettre l’accent sur :

- L’enseignement et la formation professionnels : quelle relance donnée au Processus de Copenhague ? ;

- L’apprentissage numérique ;

- Les réseaux des Universités européennes ;

- La coopération européenne dans le domaine de l’éducation et de la formation : espace européen de l’éducation et cadre stratégique de coopération européenne ;

- La poursuite des travaux entamés par la présidence croate sur les mesures prises pour faire face à la crise sanitaire ;

- Erasmus + : suite des négociations pour la programmation 2021-2027.

Un Conseil informel est prévu à Osnabrück (DE) sur le thème de la relance du Processus de Copenhague en septembre 2020.

Actualités

Pas d'article dans la liste.