UNESCO

40e session de la Conférence générale de l'UNESCO

La 40ème session de la Conférence générale de l’UNESCO s’est tenue à Paris en décembre dernier. La Fédération Wallonie-Bruxelles y fut bien représentée, avec la présence de la Ministre Glatigny à la ministérielle enseignement supérieur et de la Ministre Linard au Forum des Ministres de la Culture. Un de ses résultats majeurs fut la signature d’une Convention mondiale sur la reconnaissance des qualifications relatives à l’enseignement supérieur, dans l’élaboration de laquelle la FW-B s’était beaucoup impliquée. Le travail réalisé par le groupe de travail, qui s’est étendu sur plusieurs années, fut salué par de nombreux Etats-membres. Cette Convention, basée sur les principes de transparence, d’échange d’information et de promotion de procédures de reconnaissance des qualifications justes, raisonnables et non-discriminatoires, offre un cadre international pour la reconnaissance des qualifications pour faciliter la mobilité inter-régionale des étudiants du cycle supérieur.

 

Par ailleurs, dernière stratégie avant 2030 (Objectifs de développement durable – ODD - de l’Agenda 2030), les Etats-Membres ont voulu répondre à l’absence de progrès vers l’atteinte de l’ODD4 - éducation. La Belgique fut remerciée par plusieurs Etats-membres ainsi que par Mme Giannini, Sous-Directrice générale de l’UNESCO pour l’Education, pour avoir accueilli en 2018 la Réunion mondiale sur l’éducation qui a permis d’importantes avancées sur ce dossier.[1] Une Résolution en vue de la coordination mondiale/régionale et eu du soutien de l’UNESCO pour la mise en œuvre de l’ODD 4 – Education a été adoptée.Les Membres demandent un alignement avec l’agenda 2030 mais aussi l’agenda 2063 de l’Union africaine, l’Accord de Paris, et les orientations de Samoa d’action accélérées en faveur des petits États insulaires en développement. L’accent est mis sur la nécessité des créer des partenariats pour atteindre les ODD et de renforcer les priorités globales de l’UNESCO (égalité des genres et Afrique).

 

La Belgique a été remerciée et félicitée pour sa participation active aux groupes de travail en lien avec ces deux dossiers. La conférence a également permis de prendre des engagements collectifs sur d’autres plans. La Belgique a été sollicitée, notamment, pour participer au lancement d’un nouveau groupe de travail en vue d’une « Elaboration d’une classification internationale type des programmes de formation des enseignants (CITE-T », rôle qu’elle a accepté. De longues discussions ont porté également sur l’avenir du BIE (Bureau international d’éducation de l’UNESCO), que la Chine souhaitait pouvoir dorénavant accueillir : un consensus a finalement pu être trouvé sur la mise en place d’un groupe de travail en vue de formuler des propositions sur les futures relations entre le BIE et l’UNESCO.

 

 


[1] Plus d’informations ici : https://fr.unesco.org/events/reunion-mondiale-education-2030

Actualités

Pas d'article dans la liste.