Culture

Union européenne: Présidence roumaine

Jeunes générations créatives

Les ministres adopteront des conclusions sur les jeunes générations créatives (doc. 8804/19). Les conclusions tiennent compte du contexte politique, qui met en évidence l'importance de créer une Union où les jeunes bénéficient du meilleur niveau possible d'éducation et de formation et peuvent étudier et trouver un emploi dans l'ensemble de l'UE. Elles soulignent également qu'il est nécessaire d'adopter, pour libérer le potentiel des technologies numériques, une approche plus stratégique de la participation des enfants et des jeunes à la culture, de façon à favoriser leur créativité et leur esprit critique et à leur permettre de développer des compétences qui les préparent à la vie. Parallèlement, les conclusions encouragent les mesures qui facilitent une transition en douceur entre le système éducatif et le marché du travail.

Le Conseil a invité les États membres et la Commission à s'attaquer aux cinq priorités suivantes:

–promouvoir un meilleur accès à la culture et la participation des enfants et des jeunes à la culture, y compris pour ceux ayant moins de possibilités;

–renforcer la coopération transsectorielle, en mettant l'accent sur les synergies entre la culture et l'éducation;

–faciliter l'entrepreneuriat des jeunes dans les secteurs de la culture et de la création;

–favoriser l'émergence de nouveaux talents chez les jeunes;

–promouvoir les compétences numériques et l'éducation aux médias.

En mai 2018, la Commission européenne a adopté le nouvel agenda européen de la culture, qui souligne l'importance que revêtent la culture et la créativité pour la société et pour la compétitivité de l'économie européenne. Le 27 novembre, le Conseil a adopté le programme de travail 2019‑2022 en faveur de la culture, dans lequel il reconnaît qu'une orientation plus marquée vers les besoins de groupes spécifiques, tels que les jeunes, est nécessaire pour améliorer la cohésion et accroître le bien-être.

 

Améliorer la diffusion transfrontière des œuvres audiovisuelles européennes, en mettant l'accent sur les coproductions

Le Conseil a en outre adopté des conclusions sur une meilleure diffusion transfrontière des œuvres audiovisuelles européennes, dans lesquelles l'accent est mis sur les coproductions (doc. 8806/19). Les conclusions reconnaissent la diversité culturelle et linguistique de l'Europe comme un atout important pour le secteur audiovisuel européen. L'accent y est également mis sur le fait qu'en promouvant la diversité et les valeurs européennes communes, le contenu audiovisuel favorise un sentiment d'appartenance à un espace culturel commun.

 Le Conseil met en évidence deux axes d'action pour améliorer la diffusion des œuvres audiovisuelles européennes:

–des mesures directes pour encourager les coproductions;

–le soutien à un écosystème durable pour les coproductions.

 En novembre2018, prenant acte du nouvel agenda européen de la culture présenté par la Commission et conformément à ses objectifs, le Conseil a adopté le programme de travail en faveur de la culture susmentionné, qui fixe cinq priorités pour la coopération au niveau européen en matière d'élaboration des politiques culturelles:

–la durabilité dans le domaine du patrimoine culturel;

–la cohésion et le bien-être;

–un écosystème soutenant les artistes, les professionnels de la culture et de la création et les contenus européens;

–l'égalité des sexes;

–les relations culturelles internationales.

 

De la lutte contre la désinformation au rétablissement de la confiance des citoyens de l'UE envers les médias

Les ministres tiendront un débat public d'orientation intitulé "De la lutte contre la désinformation au rétablissement de la confiance des citoyens de l'UE envers les médias", sur la base d'un document de réflexion de la présidence (doc. 8808/19). Les ministres sont invités à examiner les questions suivantes:

1. En cette première journée des élections européennes, comment les ministres jugent-ils les mesures prises jusqu'à présent au niveau de l'UE pour lutter contre la désinformation et assurer la qualité des médias, dans l'intérêt des citoyens de l'UE?

2. Par quels moyens la coordination entre les États membres et les institutions européennes devrait-elle être resserrée en vue de répondre aux défis actuels? Y a-t-il lieu de renforcer la politique audiovisuelle européenne et, dans l'affirmative, quelles devraient être ses priorités pour rétablir la confiance des citoyens de l'UE envers les médias?

Les ministres sont convenus qu'une approche globale au niveau de l'UE est nécessaire, la désinformation étant une menace mondiale. Afin de lutter contre la propagation de la désinformation, ils ont recensé les mesures suivantes:

–favoriser un journalisme de qualité;

–encourager la mise en place de formations pour les journalistes;

–renforcer l'éducation aux médias et sensibiliser davantage le public à la désinformation;

–encourager la vérification des faits et une approche critique.

Les ministres sont également convenus que la coopération entre les États membres et les parties prenantes revêt une importance fondamentale puisque les médias sociaux sont des organisations mondiales et que des actions entreprises au niveau national uniquement n'auraient aucune efficacité.

La lutte contre la désinformation a constitué une priorité importante de la présidence roumaine. Cette problématique a été examinée au sein de plusieurs formations du Conseil (Affaires générales, Affaires étrangères, Justice et affaires intérieures), dans le but de définir une réponse urgente et coordonnée aux défis qui se sont fait jour récemment, en particulier dans le cadre des élections européennes.

Faisant suite à la demande adressée par le Conseil européen dans ses conclusions du 28juin 2018, dans lesquelles il invitait la Commission et la haute représentante à présenter des propositions précises concernant une réponse coordonnée des institutions et des États membres de l'UE, une communication conjointe relative à un plan d'action contre la désinformation a été publiée en décembre 2018, qui expose des actions clés pour combattre la désinformation, s'articulant autour de quatre piliers:

–améliorer les capacités de détection et d'analyse; –renforcer les réponses coordonnées et conjointes;

–mobiliser le secteur privé, à savoir les plateformes en ligne et le secteur;

–sensibiliser la population et améliorer la résilience de la société.

Actualités

Pas d'article dans la liste.