Union européenne: Présidences roumaine et finlandaise

Durant cette présidence roumaine du Conseil de l’Union européenne, le Conseil des Ministres "Education" de l’UE s’est tenu à Bruxelles, le 22 mai 2019.

Le Conseil a permis d’adopter deux Recommandations et un texte de conclusions.

La Recommandation du Conseil relative à des systèmes de qualité pour l’éducation et l’accueil de la petite enfance a été positivement accueillie par l’ensemble des Etats Membres. Cette Recommandation permettra de « lutter contre les inégalités, exclusions sociales et décrochages scolaires », précisait la Présidente du Conseil. C’est un tremplin pour tout enfant qui envisage un parcours scolaire et d’éducation de qualité. Il faut investir dans la petite enfance. Ceci est dans la lignée de l’apprentissage tout au long de la vie et de l’espace européen de l’éducation. L’offre reste trop souvent en défaut dans les Etats Membres. Investir dans l’accueil de la petite enfance c’est aussi travailler sur les compétences du personnel accueillant.

https://data.consilium.europa.eu/doc/document/ST-7976-2019-INIT/fr/pdf

La Recommandation sur l’Apprentissage des langues a suscité le même intérêt de la part de l’ensemble des Etats Membres. Le manque de maîtrise des langues est une des entraves à la libre circulation des apprenants. Il faut promouvoir l’apprentissage des langues chez les étudiants mais également prendre en compte la formation des enseignants. Il serait bénéfique pour un enseignant de passer plus de temps dans un pays dont il enseigne la langue. Il ne faut pas s’arrêter à l’enseignement « pure » de la langue mais bien développer les aspects culturels de celle-ci.

https://data.consilium.europa.eu/doc/document/ST-8638-2019-INIT/fr/pdf

Le texte de conclusions concerne la Recommandation européenne de décembre 2016 « Parcours de renforcement des compétences, de nouvelles perspectives pour les adultes ». Un trop grand nombre d’adultes en Europe ne maîtrise pas les compétences de base. Les conclusions montrent qu’une série de projets très intéressants ont été mis en place par les Etats Membres pour contrer ce problème, des progrès sont observables mais il reste encore trop d’adultes peu qualifiés. La situation d’un pays à l’autre n’est pas toujours la même mais le phénomène existe partout. La Commission européenne a tenu a précisé qu’il ne fallait oublier personne dans les stratégies nationales adoptées, cette recommandation concerne toutes les catégories de personnes.

https://data.consilium.europa.eu/doc/document/ST-8639-2019-INIT/fr/pdf

Le débat politique qui a suivi a été consacré à la question du renforcement de la cohésion sociale et des valeurs communes. Au centre du débat, l’Espace Européen de l’Education (EEE), qui est, selon la Commission, un bon cadre pour définir des objectifs partagés. Le but étant de renforcer la coopération au niveau de l‘éducation : développer l’enseignement et de la formation professionnels, améliorer les compétences personnelles, autonomiser les personnes dès la prime enfance, offrir à tous les mêmes chances d’accéder à l’apprentissage, envisager le système d’enseignement dans une optique d’apprentissage tout au long de la vie, développer la mobilité et revaloriser le métier d’enseignant. La Présidence roumaine a tenu à souligner l’importance cruciale de l’éducation dans la transmission des valeurs. La Belgique a, dance cette optique d’EEE, voulu mettre en avant la coopération du Bénélux avec les Etats baltes sur les reconnaissances automatiques des diplômes.

https://ec.europa.eu/education/education-in-the-eu/european-education-area_fr

Le prochain Sommet européen de l’éducation se tiendra à Bruxelles le 26 septembre. Le rôle de l’enseignant sera au cœur des débats. « Comment traduire les défis liés, entre autres, à la pénurie d’enseignants en actions concrètes ? »

Les principes-clés qui seront poursuivis par la Finlande lors de sa présidence sont, entre autres, l’organisation de réunions « durables », une communication transparente et active, un respect des principes d’une meilleure régulation. La Finlande poursuivra le travail entamé sous les présidences précédentes au niveau du MFF (cadre financier pluriannuel), de la règle de la loi, de la migration, du EMU (union monétaire européenne) et du Brexit. De plus, ce sera la première présidence à intégrer les nouvelles priorités stratégiques dans le travail du Conseil. Il est cependant à noter que le programme et les priorités de la Présidence seront définis par le nouveau gouvernement.

En ce qui concerne l’éducation, les thématiques abordées seront :

-          l’avancement des négociations dans le cadre d’Erasmus+ ;

-          l’éducation continue, la promotion d’une éducation orientée vers l’avenir ;

-          la promotion de l’investissement dans le capital humain ;

-          le  renforcement de l’équité, l’égalité et l’efficacité ;

-          le renforcement de la coopération entre l’éducation et la recherche.

La Finlande prévoit un Conseil de l’éducation en lien avec les finances (ECOFIN – EDU) le 8 novembre qui abordera l’importance de l’investissement dans le capital humain.

Actualités

Pas d'article dans la liste.