Présidences slovaque et maltaise

Année européenne du patrimoine culturel

Le Conseil a adopté une orientation générale concernant une proposition de décision relative à une Année européenne du patrimoine culturel (2018) (doc. 11856/16). Depuis 2014, le Conseil et le Parlement européen ont beaucoup appuyé le développement de cette initiative, auquel ils sont attachés.

L'objectif général de cette proposition est la sensibilisation à la richesse et à la diversité du patrimoine culturel européen et aux perspectives qu'il peut offrir, ainsi que le partage des valeurs et des idéaux européens communs ancrés dans le patrimoine culturel.

Cette question est particulièrement importante dans le contexte des défis politiques, sociétaux et économiques auxquels l'UE est confrontée, tels que la crise identitaire, les mouvements migratoires massifs, la remise en cause des valeurs et des principes fondamentaux ayant présidé à l'édification de l'Union européenne, la réduction des dépenses publiques et la montée de l'extrémisme dans nos sociétés.

Parallèlement, la décision vise à attirer l'attention sur les défis auxquels est confronté le patrimoine culturel, notamment l'incidence du passage au numérique, les contraintes physiques et les pressions environnementales qui s'exercent sur les sites du patrimoine et le trafic de biens culturels.

L'Année européenne du patrimoine culturel poursuit les objectifs spécifiques suivants:

– promouvoir la diversité culturelle, le dialogue interculturel et la cohésion sociale;

– mettre en évidence la contribution économique du patrimoine culturel;

– souligner l'importance du rôle que joue le patrimoine culturel dans les relations extérieures de l'UE, y compris en ce qui concerne la réconciliation après les conflits, la prévention des conflits et le rétablissement du patrimoine culturel détruit.

La Commission ne propose pas de budget spécifique pour l'année européenne. En revanche, elle propose d'obtenir les ressources budgétaires nécessaires dans le cadre des programmes existants de l'UE.

 

Capitales européennes de la culture


Le Conseil est parvenu à un accord politique sur une proposition modifiant la décision instituant une action de l'Union en faveur des Capitales européennes de la culture pour les années 2020 à 2033. L'objectif de cette modification est de permettre aux pays de l'AELE/EEE (Norvège, Islande et Liechtenstein) de participer aussi à cette action.


L'action en faveur des capitales européennes de la culture compte parmi les initiatives phare de l'UE dans le domaine de la culture.
Elle réunit les peuples et célèbre la richesse et la diversité des cultures européennes tout en renforçant les liens qui les unissent et en créant un vecteur de dialogue et de compréhension mutuelle. En outre, elle produit des retombées positives en termes de développement local et de tourisme, sur le plan économique ainsi qu'au niveau de l'investissement dans les infrastructures culturelles, et aussi en ce qu'elle insuffle un élan aux secteurs culturels et créatifs locaux.


La décision n° 445/2014/UE fixe les modalités de sélection, de désignation et de suivi des villes qui se verront décerner le titre de capitale européenne de la culture à partir de 2020. Outre les États membres, les pays candidats et candidats potentiels peuvent également participer à cette action pour autant qu'ils participent au programme "Europe créative".

 

Relations culturelles internationales


La culture est de plus en plus souvent reconnue pour le rôle de "puissance douce" qu'elle joue dans les relations diplomatiques compte tenu de sa capacité à tisser des liens et à nouer des contacts avec des pays tiers quand les méthodes traditionnelles ont échoué. La mise au point d'une approche stratégique dans le domaine des relations culturelles internationales est depuis un certain temps déjà une priorité pour le Conseil.
Les ministres ont discuté de la manière dont l'UE et ses États membres peuvent coopérer efficacement en vue d'adopter une approche plus stratégique et globale dans ce domaine. Le débat était balisé par les cinq grands principes pour l'action de l'UE énoncés dans la communication conjointe intitulée "Vers une stratégie de l'UE dans le domaine des relations culturelles internationales" (doc. 10082/16), à savoir:
– promouvoir la diversité culturelle et le respect des droits de l'homme;
– encourager le respect mutuel et le dialogue interculturel;
– garantir le respect de la complémentarité et de la subsidiarité;
– encourager une approche transversale de la culture; et
– promouvoir la culture au moyen des cadres de coopération existants.


Les participants au débat ont convenus qu'il y avait lieu de:
– lutter contre le trafic illégal de biens culturels;
– aborder les relations culturelles internationales également dans le cadre des réunions des ministres des affaires étrangères;
– définir des priorités claires pour les relations culturelles extérieures de l'UE en veillant à répartir clairement les tâches entre l'UE, ses États membres et les organisations internationales;
– mettre en exergue la valeur économique et symbolique du patrimoine;
– encourager la mobilité des artistes, y compris par l'assouplissement du régime de visas;
– développer le tourisme comme un moyen de préserver les sites culturels et de servir les populations locales;

– mettre en place des partenariats avec les pays tiers sur la base de la réciprocité, du dialogue et de la coopération sur un pied d'égalité;
– renforcer la coopération trans-sectorielle aux niveaux local et régional, en associant la société civile;
– renforcer les liens avec l'Unesco et le Conseil de l'Europe.

 

 

 

Programme de travail de la prochaine présidence:
Voici les principales priorités de la présidence maltaise dans le domaine de la culture:

– poursuite des travaux concernant les relations culturelles internationales,
– achèvement des travaux concernant l'année européenne du patrimoine culturel et les capitales européennes de la culture.

Actualités

Pas d'article dans la liste.