Union européenne

Présidences néerlandaise et slovaque

Sous présidence des Pays-Bas, les ministres des États de l’Union européenne en charge de l’éducation se sont réunis à Bruxelles à deux reprises : le 24 février et le 30 mai 2016.

 

Lors du premier Conseil ‘éducation, jeunesse, culture et sport’ a été adopté une « résolution relative à la promotion dans l'Union européenne du développement socioéconomique et de l'inclusion au moyen de l'éducation ». Le texte met l'accent sur des mesures visant à assurer des investissements ciblés dans l'éducation et sur les moyens de remédier au mieux aux déficits de compétences afin relancer la création d'emplois et de favoriser une croissance économique durable en Europe. Parallèlement, il rappelle que l'éducation joue un rôle tout aussi important pour promouvoir la citoyenneté et l'inclusion sociale.

 

Les ministres ont débattu de la manière d’accentuer les synergies entre l’enseignement, le marché du travail et la société, en vue de mieux faire comprendre et de souligner l’urgence des nombreux enjeux liés au développement des compétences. Les ministres ont également eu un échange de vues sur la « promotion de la citoyenneté et des valeurs fondamentales par l'éducation », dans le prolongement de la déclaration de Paris adoptée le 17 mars 2015. Les ministres ont souligné que l'employabilité ne devrait pas constituer la seule finalité de l'éducation. Elle doit aussi, et c'est l'une de ses missions essentielles, encourager le respect des valeurs fondamentales européennes telles que la liberté d'expression, la citoyenneté démocratique et l'égalité.

 

Lors du second Conseil ‘éducation, jeunesse, culture et sport’ a été adopté des conclusions sur le développement de l’éducation aux médias et de l'esprit critique au moyen de l’éducation et de la formation. Dans celles-ci, le Conseil reconnaît notamment le grand nombre d'avantages et de possibilités que peuvent apporter l'internet et les médias sociaux, tout en y soulignant les menaces potentielles.

Le débat ministériel s’est porté sur la poursuite du programme de modernisation de l'enseignement supérieur en Europe.

En point divers, la Commission européenne a indiqué la sortie le 10 juin de sa « nouvelle stratégie en matière de compétences pour l’Europe ». Cette stratégie vise à « permettre à chacun d’acquérir, dès le plus jeune âge, un large éventail de compétences, et de tirer le meilleur parti du capital humain, afin de favoriser l’employabilité, la compétitivité et la croissance en Europe ». La Commission invite les États membres, les partenaires sociaux et les entreprises « à œuvrer avec nous au succès de cette nouvelle stratégie en matière de compétences pour l’Europe ».

La Commission s’attaque à trois problèmes urgents : le manque de compétences appropriées, le manque de transparence des compétences et des qualifications et la difficulté d’anticiper et de prévoir les compétences.

Pour accroître les niveaux de compétences, promouvoir les compétences transversales et trouver des moyens permettant de mieux anticiper les besoins du marché du travail, la Commission propose 10 actions qui seront engagées progressivement au cours des deux prochaines années (2016-2017):

-       une ‘garantie des compétences’ pour aider les adultes peu qualifiés à acquérir un niveau minimal de compétences (lecture, écriture, calcul, numérique) ;

-       une révision du cadre européen de certification pour en améliorer la compréhension et l’utilisation ;

-       une « coalition en faveur des compétences et des emplois numériques » ;

-       un « plan de coopération sectorielle en matière de compétences » pour améliorer la veille et remédier aux pénuries de compétences ;

-       un outil de profilage des compétences des ressortissants de pays tiers ;

-       une révision du cadre Europass ;

-       faire de l’enseignement et de la formation professionnels un premier choix ;

-       une révision de la recommandation sur les compétences clés de 2006 en mettant l’accent sur la promotion des compétences, l’esprit d’entreprise et d’innovation ;

-       une initiative sur le suivi des diplômés (sur le marché du travail) ;

-       une proposition d’analyse de la question de la fuite des cerveaux.

Pour plus d’informations sur cette nouvelle stratégie en matière de compétences pour l’Europe, voir :  https://ec.europa.eu/transparency/regdoc/rep/1/2016/FR/1-2016-381-FR-F1-1.PDF ; http://europa.eu/rapid/press-release_IP-16-2039_fr.htm

Le programme dans le domaine de l’éducation et de la formation de la future présidence portera sur:

- les compétences (travail sur la « nouvelle stratégie en matière de compétences pour l’Europe » : promotion de la transparence et de la compréhension des qualifications, travail sur le manque de compétences : développement des compétences les plus relevantes (garantie des compétences), développement des compétences pour le marché du travail ainsi que des compétences pour la vie);

- renforcement et développement des talents;

- modernisation de l’enseignement supérieur;

- les compétences digitales.

 

Lors du Conseil ‘éducation, jeunesse, culture et sport’ devrait être adopté une résolution du Conseil sur la communication de la Commission: Nouvelle stratégie en matière de compétences pour Europe. Une possible recommandation sur la garantie des compétences pourrait être également adoptée.

 

Le débat ministériel devrait se porter sur le fait de renforcer et de développer les talents dans le domaine de l’éducation et de la formation. 

Actualités

Pas d'article dans la liste.