Présidences italienne et lettone

Lors du Conseil "Éducation, jeunesse, culture et sport"qui s'est tenu le 12 décembre 2014 à Bruxelles, les ministres ont adopté pour le "volet jeunesse" des conclusions au sujet de la promotion de l'accès des jeunes à leurs droits afin de favoriser leur autonomie et leur participation à la société civile.

Ces conclusions abordent les défis auxquels est confrontée la jeune génération actuelle, qui subit les conséquences de la crise financière, et notamment les difficultés que rencontrent les jeunes d'aujourd'hui à devenir des adultes autonomes qui participent de manière critique et active à la vie sociale, politique et économique de leurs propres communautés.

Il y est souligné qu'il faut définir des politiques et des stratégies qui non seulement favorisent le passage des jeunes de l'école au travail, mais également agissent sur des questions connexes comme l'accès au financement, au logement, à la santé, aux services et à l'éducation, afin de fournir les outils susceptibles d'aider les jeunes à accéder à l'autonomie et à la citoyenneté.

Ces conclusions se fondent sur les recommandations issues de la conférence de l'UE sur la jeunesse tenue à Rome du 13 au 15 octobre 2014 et elles correspondent à la priorité générale définie par le trio de présidences (IT, VL, LU) dans le cadre du plan de travail de l’Union européenne en faveur de la jeunesse pour 2014-2015, à savoir l'autonomisation, l'accent étant mis en particulier sur l'accès aux droits, l'autonomie, la participation politique et la citoyenneté active.


Approche transversale à l'égard de la politique en faveur des jeunes

Dans ce contexte, les ministres examineront également, dans le cadre d'un débat public, une approche transversale à l'égard des politiques en faveur des jeunes en tant qu'instrument permettant de mieux faire face aux défis socio-économiques, sur la base d'un document de réflexion établi par la présidence. La coopération intersectorielle constitue également une des principales priorités du plan de travail en faveur de la jeunesse adopté
récemment.
Si, dans de nombreux États membres, la situation de l'emploi des jeunes de 15 à 24 ans s'est récemment améliorée, leur taux de chômage (21,6 % en août 2014) demeure plus de deux fois supérieur au taux de chômage global dans l'ensemble de l'UE.

Par ailleurs, 40 % des jeunes travailleurs ont un contrat temporaire, et près d'un quart d'entre eux travaillent à temps partiel. En outre, le pourcentage des jeunes au chômage ou sortis du système éducatif et/ou de formation (NEET) est passé de 11 % en 2008 à près de 13 % au cours de la période 2010-2014.
Malgré la priorité élevée donnée, au niveau politique, à la lutte contre le chômage des jeunes et ses conséquences, la politique en faveur des jeunes n'a pas contribué suffisamment aux travaux menés dans d'autres secteurs. En outre, l'action menée dans les différents domaines dans lesquels il est déterminant d'intervenir pour améliorer les perspectives des jeunes - emploi,
éducation, affaires sociales, santé - n'est pas toujours coordonnée de façon efficace.


Afin de structurer le débat, les ministres ont été invités à répondre aux questions ci-après:
– Quels sont les défis socio-économiques les plus urgents auxquels les jeunes sont confrontés aujourd'hui et qui peuvent être relevés plus efficacement par une coopération intersectorielle au niveau européen, national, régional et local?
– Quels sont les mesures et les instruments que l'UE et les États membres devraient utiliser afin de rendre une approche intersectorielle plus concrète?

Dans ce contexte, le Conseil invite à investir dans les mesures de prévention et d’intervention en vue de réduire le décrochage scolaire et à envisager la mise en place de programmes de logement social privilégiant les jeunes qui disposent de faibles revenus. Selon les conclusions du Conseil, il est important de promouvoir la garantie pour la jeunesse en tant que réforme structurelle de l’UE tout en promouvant l’échange de bonnes pratiques entre les États membres en matière de suivi de sa mise en œuvre.

Les ministres ont également examiné, dans le cadre d'un débat public, une approche transversale à l'égard des politiques en faveur des jeunes en tant qu'instrument permettant de mieux faire face aux défis socio-économiques, sur la base d'un document de réflexion établi par la présidence. La coopération intersectorielle constitue également une des principales priorités du plan de travail en faveur de la jeunesse  adopté récemment.


L’agenda de la présidence lettone relatif à la jeunesse est principalement orienté sur la mise en œuvre du plan de travail européen pour la jeunesse 2014-2015, avec l’adoption de conclusions du conseil à ce sujet. Une conférence européenne de la jeunesse sera par ailleurs consacrée à la participation des jeunes à la vie démocratique.

Actualités

Pas d'article dans la liste.