Présidences grecque et italienne

Capitales européennes de la culture
Le Conseil a désigné Leeuwarden (Pays-Bas) comme capitale européenne de la culture 2018 (doc. 9252/14). (doc.9251/14). L'autre capitale de la culture pour 2018 sera La Valette (Malte), qui a été désignée en mai 2013 par le Conseil.
L'initiative "capitales européennes de la culture" a été lancée en 1985 et plus de 50 villes ont été désignées depuis lors. Son but était de promouvoir une meilleure compréhension entre les citoyens européens et de renforcer un sentiment de citoyenneté européenne, tout en mettant en valeur la richesse des cultures européennes, tant dans leur diversité que dans leurs caractéristiques communes.

Le Conseil a également adopté une décision d'exécution relative aux modalités de la désignation par le Conseil de trois membres du jury de sélection et de suivi dans le cadre de l'action en faveur des "capitales européennes de la culture" pour les années 2020 à 2033 (doc. 9128/14).

Le Conseil a adopté récemment la décision 445/2014/UE 1, qui établit le nouveau cadre de l'action en faveur des "capitales européennes de la culture" de 2020 à 2033. La décision prévoit l'établissement d'un jury européen composé de dix experts nommés par le Parlement européen, le Conseil et la Commission (trois experts chacun) ainsi que par le Comité des régions (un expert). Le rôle du jury est de sélectionner les villes qui se verront décerner le titre de capitale européenne de la culture et d'assurer le suivi de la préparation des villes.

Patrimoine culturel
Le Conseil a adopté des conclusions sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable (doc. 9129/14).  Les conclusions soulignent que le patrimoine culturel, qu'il soit tangible, intangible ou numérique, est une ressource stratégique dans laquelle devrait investir l'Europe d'aujourd'hui, qui est l'une des régions du monde où la richesse culturelle est la plus grande, afin de rendre son développement environnemental, économique et social plus durable.


Par ailleurs, la crise économique et les contraintes qui pèsent sur le budget culturel peuvent avoir un effet particulièrement négatif sur la conservation et la préservation du patrimoine culturel, qui est souvent considéré comme un "plus" onéreux. Le changement climatique, qui pourrait déboucher sur une dégradation irréversible ou une perte de biens culturels, est aussi un défi de taille, de même que l'incidence du passage au numérique.

Défis en matière de politique culturelle
Le Conseil a en outre eu un débat d'orientation sur le thème "Relever les défis en matière de politique culturelle dans le contexte du prochain plan de travail du Conseil en faveur de la culture". Depuis 2002, les plans de travail du Conseil en faveur de la culture ont constitué un cadre pour la définition des politiques à moyen terme de l'UE dans le domaine culturel. L'actuel plan de travail en faveur de la culture comporte six domaines prioritaires: la diversité culturelle, le dialogue interculturel et une culture accessible et inclusive; les industries culturelles et créatives; les compétences et la mobilité; le patrimoine culturel; la culture dans le cadre des relations extérieures et les statistiques culturelles. Il prendra fin le 31 décembre 2014.

La Commission considère que l'agenda européen de la culture demeure une bonne base pour le prochain plan de travail. De surcroît, plusieurs des priorités de l'actuel plan de travail peuvent encore être reportées, comme les industries culturelles et créatives, la contribution de la culture au dialogue interculturel et le rôle de la culture dans le cadre des relations extérieures. Toutefois, de nouveaux défis, tels que la mondialisation et la numérisation croissantes, se sont fait jour et il convient de les relever.


La Commission a en outre attiré l'attention sur les résultats de l'évaluation faite par les États membres en 2013 de l'actuel plan de travail en faveur de la culture, dont il ressort en particulier ce qui suit:

– le plan de travail est utile à la politique culturelle des États membres;
– une préférence pour un plan de travail simplifié, axé sur un nombre limité de priorités de niveau élevé;
– la nécessité d'intégrer la culture dans l'ensemble des grandes politiques de l'UE.

Plusieurs ministres ont fait référence au Forum de Chaillot sur la culture, qui s'est tenu en avril en France. Le ministre français a rappelé les principaux messages du Forum et a lancé un appel en faveur d'une véritable stratégie culturelle européenne. Dans ce contexte, plusieurs ministres ont estimé qu'il importait de donner aux citoyens européens un goût pour la culture et de l'utiliser comme vecteur permettant de réunir les citoyens, ce qui est particulièrement important dans cette période qui voit croître l'euroscepticisme.
De manière générale, les États membres sont convenus d'un commun accord de ce qui suit:

– la culture est un thème transversal et il est dès lors nécessaire d'adopter une approche stratégique. Plusieurs ministres ont demandé que la culture soit intégrée dans l'examen à mi-parcours de la stratégie Europe 2020 en raison de la contribution qu'elle apporte à l'économie;
– la culture a une valeur intrinsèque, mais il est nécessaire de disposer de statistiques exactes et comparables en matière de culture, afin d'apporter la preuve de sa contribution à l'emploi et à la croissance;
– il faut réfléchir à de nouvelles sources de financement de la culture, y compris le financement participatif et de faire un meilleur usage des programmes européens dans d'autres domaines tels que la recherche (le programme "Horizon 2020" peut également porter sur la recherche dans le domaine de la culture) ou les entreprises (programme COSME);
– il conviendrait de resserrer les liens avec l'éducation formelle et informelle, ainsi qu'avec l'éducation artistique, ce qui renforcera l'accès à la culture et favorisera la diversité culturelle;
– le passage au numérique constitue un défi crucial pour la culture et la diversité culturelle;
– il convient d'accélérer la numérisation du patrimoine culturel, y compris le patrimoine cinématographique et audiovisuel afin de favoriser un accès large à la culture. À cet égard, plusieurs ministres ont souligné qu'il convenait d'aborder les questions liées aux droits d'auteur.

La Commission a fait savoir que la mise en place de statistiques culturelles devrait bientôt progresser grâce aux nouvelles ressources d'Eurostat dans ce secteur.

 

 

 

La Présidence italienne a annoncé ses priorités ainsi que les événements qui seront organisés :

-      le patrimoine culturel : une réunion devrait être organisée à Turin le 24/09, suivie d’une Convention sur le patrimoine culturel matériel et immatériel ;

-      la diversité culturelle en matière de droit d’auteur, en lien avec l’AV ; un séminaire devrait être organisé les 23 et 24/10 ;

-       la numérisation (modalités à préciser) ;

-       la mobilité des jeunes artistes (modalités à préciser)  ;

-    le tourisme dans les villes du Sud : le patrimoine culturel comme facteur de développement.

Actualités

Pas d'article dans la liste.