Présidences grecque et italienne

Les ministres des États de l’Union européenne en charge de l’Éducation se sont réunis à deux reprises à Bruxelles les 24 février et le 20 mai 2014 durant la Présidence grecque. Lors du premier Conseil ‘éducation, jeunesse, culture et sport’ du 24 février ont été adoptées des conclusions intitulées : « Une éducation et une formation efficaces et innovantes pour investir dans les compétences ». Ce Conseil a tenu également un débat d'orientation sur les compétences et l'employabilité à la lumière des résultats de récentes études de l'OCDE (PEICA et PISA).

Lors du second Conseil ‘éducation, jeunesse, culture et sport’ du 20 mai ont également été adoptées des conclusions sur « l'éducation et la formation performantes des enseignants » ; sur « le plurilinguisme et le développement des compétences linguistiques » ; sur « l'assurance de la qualité à l'appui de l'éducation et de la formation ». A la suite de l'adoption des conclusions, les ministres ont tenu un débat d’orientation sur des questions liées à l'éducation transfrontière.

 

Durant la Présidence grecque, les ministres ont adopté les textes suivants:

● des conclusions sur « une éducation et une formation efficaces et innovantes pour investir dans les compétences  » 

Celles-ci portent principalement sur la nécessité, pour les systèmes européens d'éducation et de formation, d'améliorer leurs performances en matière de compétences pour faire en sorte que les jeunes et les adultes moins qualifiés puissent acquérir des compétences et des qualifications utiles sur le marché du travail actuel. Elles préconisent également une approche plus innovante en matière d'éducation et de formation,  notamment par l'intégration de formes numériques d'apprentissage dans l'enseignement,et invitent les Etats membres à exploiter pleinement la nouvelle génération d'instruments financiers, en particulier le programme Erasmus+ et les fonds structurels et d'investissement européens.

● des conclusions sur « l'éducation et la formation performantes des enseignants »

Ces conclusions abordent des questions concrètes comme la manière d'attirer et de retenir les meilleurs candidats, de veiller à la pertinence des programmes de formation des enseignants ainsi que les moyens de mieux exploiter le potentiel  des nouvelles technologies et des ressources informatiques. Hormis ces aspects, il est essentiel de recenser les compétences professionnelles dont les formateurs d'enseignants ont eux-mêmes besoin, ainsi que les connaissances, les compétences et les attitudes qu'ils devraient aider les futurs enseignants à développer.

● des conclusions sur « le plurilinguisme et le développement des compétences linguistiques »

Dans ces conclusions, le Conseil invite les Etats membres à adopter et à renforcer les mesures destinées à promouvoir le plurilinguisme et à améliorer la qualité et l'efficacité de l'apprentissage et de l'enseignement des langues.

La Commission a rappelé sa préférence pour une norme de référence (benchmark) européenne dans ce domaine, mais elle est consciente de la complexité et de la diversité du paysage linguistique européen, dans lequel de nombreux facteurs nationaux ont une incidence sur la politique linguistique. Ces conclusions constituent une base pour la suite des travaux, car elles définissent les critères d'une enquête destinée à évaluer les compétences linguistiques à l'échelle européenne, que la Commission propose d'organiser en 2016-2017 et qui sera financée dans une large mesure par le biais du programme Erasmus+.

● des conclusions sur « l'assurance de la qualité à l'appui de l'éducation et de la formation l'assurance de la qualité à l'appui de l'éducation et de la formation »

Ces conclusions dressent un bilan des initiatives en matière d'assurance de la qualité qui ont déjà été adoptées dans les secteurs de l'enseignement supérieur et de l'enseignement et de la formation professionnels et elles examinent également des questions spécifiques, telles que la qualité de l'enseignement transnational, et la mesure dans laquelle des dispositifs d'assurance de la qualité pourraient être élaborés dans d'autres secteurs de l'éducation et de la formation.

Le programme de la future présidence comprendra les points suivants :

- la promotion de l'innovation, de la créativité et de l’esprit d’entreprendre ;

- le rôle de l'éducation et de la formation dans la croissance économique en vue de la prochaine révision de la stratégie Europe 2020 ;

- le bien-être à l'école ;

- la promotion du multilinguisme à un âge précoce ;

- la formation, l’enseignement secondaire et post-secondaire.

 

Lors du Conseil ‘éducation, jeunesse, culture et sport’ du 12 décembre 2014, un débat d’orientation sera organisé portant sur la révision de la stratégie Europe 2020. Ceci permettra aux Etats membres de donner des orientations à la future Commission (après la période de consultation lancée par la Commission sur la stratégie Europe 2020). Lors de ce Conseil devraient être adoptées des conclusions sur l’esprit d’entreprise. Un « Sommet pour l’éducation dans l’espace numérique » se tiendra le 27 octobre 2014 à  Bruxelles. Ce sommet ministériel sera un événement clé faisant suite à la communication de septembre 2013 de la Commission européenne : “Opening up education” (Ouvrir l’éducation : les nouvelles technologies et les ressources éducatives libres comme sources innovantes d’enseignement et d’apprentissage pour tous) avec pour objectif principal d’attirer l’attention des ministres sur l’importance du numérique.

Actualités

Pas d'article dans la liste.